Maat

Auteur : Charles Berthelot
Année de publication : 1008

Avant que le monde soit monde, que les hommes ne fauchent le sol, il y avait Maat. Manipulant la magie du néant, elle décida de créer le monde et tout ce qui y existe. D’abord, elle créa le sol afin de pouvoir y marcher. Dénudé, ce sol était bien simple… tellement qu’elle créa une immense vigne. Bien seule, cette vigne même vivante, ne pourrait rien faire si elle restait en terre. Alors elle sculpta de sa sorcellerie la vigne, jusqu’à ce que celle ci prenne l’aspect d’un cerf, avant d’insuffler la vie à la créature.

– Toi, tu seras Ormint. Ta mission sera de rendre cette terre aride un endroit majestueux, coloré, vivant. Ainsi je te donne une partie de moi, celle de la vie, et je veux que tu peignes ce monde tel que je l’aurais fait moi même, par le biais de ta magie.

Elle lui accorda d’immenses pouvoirs; le cerf, heureux, couru dans tous les sens, et sous ses sabots poussèrent les herbes, fleurs et broussailles.

Puis elle s’assied, exténuée, et s’endormit dans l’herbe fraiche. Elle rêva la nuit a une jolie jeune femme dansant, vêtue d’une grande robe blanche. La jeune femme, d’une beauté incomparable, portait en elle un amour inconditionnel. Ainsi donc au matin, bordée par la luxuriante verdure, elle entreprit de donner naissance a cette jeune femme. De la lumière du jour, ses cheveux aussi clair que les rayons du soleil, son coeur aussi pur que l’eau claire qui s’était mise a jaillir du sol, vêtue de blanc immaculé.

– Toi qui est la plus belle, toi qui n’est que merveille, tu seras Équinéa. Tu possèdes en toi un don bien particulier, celui de donner la vie. Ainsi donc tu peuplera ces terres d’hommes et de femmes digne de ton nom, et tu les guideras à travers les embuches de leur vie. Je te donne une partie de moi; ainsi tu les éduqueras dans tes valeurs, tu les guideras afin qu’ils se créent une identité propre.

Équinéa partit vers l’horizon, marchant pieds nus dans la verdure l’entourant. Exténuée, Maat se concentra à la création de la magie encore. Cette fois, elle s’assoupit et ne se réveilla qu’un an plus tard. Voyant qu’elle n’était plus seule, entourée d’animaux de toutes espèces, d’une vaste jungle et de montagnes, elle prit l’apparence d’une dame d’âge mur, vêtue d’une ample robe. S’approchant de ce qui semblait être un village, elle observa à couvert les gens y travaillant. Intriguée, elle s’en approcha. La simple palissade de branchages construite en tressé protégeait les habitants contre les créatures, alors qu’ils évoluaient petit a petit au sein d’une communauté. Équinéa les avait guidé et leur avait montré beaucoup de choses : la couture, le feu, la cuisine, le brêlage… Tout ce dont ils avaient besoin pour vivre. Lorsqu’elle s’approcha, les gens l’accueillirent chaleureusement. Elle resta avec eux, leur enseignant davantage.

La femme d’âge mur partait et revenait à chaque décennie, offrant ses connaissances a ceux qui les désiraient. Ainsi fut né le collège de Moonglow, ou les plus prestigieux magiciens sont formés. Aux milles et uns visages, Maat est partout.

 

– Retour –