Apate

Auteur : Charles Berthelot
Année de publication : 1010

Un scorpion était bien embêté, une rivière se dressait devant lui. Cherchant un moyen pour la traverser, il aperçu une grenouille au loin. L’approchant, il lui demanda si celle ci pouvait l’aider a traverser. La grenouille refusa catégoriquement : le scorpion lui expliqua que s’il la piquait, il mourrait noyé lui même. Devant le fait, la grenouille accepta. À mi chemin, le scorpion piqua la grenouille. Celle ci le questionna qu’étais-ce donc qui l’avait poussé a faire cela? Le scorpion lui répondit qu’il s’agissait de sa nature. – Certains comportement sont propres a certains personnages, qui son irrépressibles, peu importe comment ils sont traités et quelles seront les conséquences.

« Apate » est un nom issu d’un ancien dialecte oublié synonyme de « mécréant », « traitre ». La dynastie Tokuno vint plusieurs centaines d’années plus tard, utiliser ce mot a nouveau pour décrire une lignée ayant connu sa déchéance.

Une lignée de samouraïs, asservis au roi de Britain, était reconnue pour agir selon un code d’honneur bien précis. Cependant, leurs mœurs n’adhéraient pas à celles d’Équinéa, Ils furent rapidement chassés du royaume. Ces samouraïs, empreints a leur coutumes ancestrales et leur bagage culturel suivaient les lois bien particulières de leur ile. L’une d’elle disait que l’image était bien plus importante que tout ce qui pouvait être fait. Tel le canard qui, sur l’eau, parait calme, bat des pattes sous l’eau, ces hommes frappaient au couvert de l’ombre, de façon propre et bien exécutée, et jamais sans la moindre trace. Empoisonnement, salissage, disparitions, noyades.. ils étaient craints et méprisés par les adeptes de la lumière. Le roi de Britain les releva de leur fonctions et émit le désir de les voir quitter les terres du royaume. Leur chef, Hiro, comprit que leurs façons d’agir n’étaient pas les bienvenues au sein du royaume. Il décida a contre coeur de partir de cette magnifique cité.

Plusieurs années plus tard, Hiro et sa bande devinrent des mercenaires. Voyant que leurs besognes était souvent bien « trop » parfaite, leur clients en venaient a avoir peur pour leur propres vies. Se réunissant tous un même soir dans leur demeure de fortune près de la mer, ils prirent une décision commune : leur savoir ne devait pas tomber dans l’oubli, mais il avaient l’obligation de continuer leur lignée. Ils partirent à la recherche de jeunes femmes nobles désireuses de prendre mari. Seulement quatre d’entre eux réussirent a prendre femme. Ceux n’ayant pas trouvé, dont Hiro, se mêlèrent a la population et réussirent a infiltrer les basses « castes » de la société. Bras droit de caïds bien connus, criminels sans nécessairement le vouloir, tuer et mentir était dans leur nature. Leur image n’en prendrait pas un coup, car l’on ne les aperçoit jamais en compagnie de ces gens peu fréquentables…

« Apate » fut ce qui naquit au travers les années, lorsqu’il était question de mensonge et de traitrise. Le jargon devint populaire, les références plus nombreuses, tellement que, sans le vouloir, un véritable « culte » s’installa. Apate est donc une ombre portant un masque qui couvre une partie de son visage. L’on ne sait pas qui il est, mais on sait que, lorsqu’il approche, rien de bon ne viendra…

 

– Retour –